Rechercher

J 20 - Lettre d'un premier de tranchée..

Mis à jour : mai 12

DIMANCHE 05 AVRIL 2020 - J20. Le silence inhabituel des bureaux du Foyer dans lequel je suis de permanence...

Le silence inhabituel des bureaux du Foyer dans lequel je suis de permanence laisse un peu de temps à la rêverie ou à la réflexion.

Voilà 20 jours. 3 semaines donc. Que nous sommes confinés pour éviter d’être les vecteurs de ce sacré virus.

Uderzo vient de casser sa pipe mais il avait vu juste dans ses planches : le ciel nous est tombé sur la tête.

Le monde, notre monde, a su réorganiser son fonctionnement et repenser son mode de travail, voire de pensée. Du moins, il semble en tous cas bien engagé sur cette voie.

Nous vivons tous, adultes, avec la boule au ventre. Certains angoissent et s’enferment à double tour depuis le début. D’autres trouvent dans le travail une porte de sortie à leur étouffement D’autre encore se ruent sur les rayonnages des magasins qui regorgent toujours et encore de produits variés par peur de manquer un jour de pâtes, de farine, de riz, de sucre, de sel et de poivre. Comme si bien manger allait les sauver d’une éventuelle contamination. Quelques derniers enfin bravent les interdits à grands renforts de jogging, de balades canines vivifiantes ou lorsqu’ils le peuvent de jardinage printanier.

Et au milieu de ce malström inattendu, les enfants qui nous sont confiés vivent plutôt bien ce temps suspendu totalement irréel auquel personne ne s’attendait.

Ici, depuis le début – et grâce à un ensoleillement quasi quotidien – les enfants ont enchaîné les sorties au sein du Foyer qui s’étend sur plusieurs hectares à la lisière de l’Eurométropole en évitant de trop se mélanger. Courses de vélos, de trottinettes, compétitions de balançoire ou tout simplement petits jeux entre copains. Tout est prétexte à se défouler. Les rares jours de grisaille, les mains sont trempées dans la peinture pour des tableaux d’évasion ou dans la farine pour des goûters d’exception.

Les plus grands – ceux du secteur Enfance – ont eu l’opportunité de sortir du Foyer pour des camps au long cours dont ils ont connu la date de début sans savoir le jour où il faudra remballer et rentrer. Le travail acharné des équipes éducatives et de leurs responsables porte ses fruits : la traversée de la crise sanitaire se fait dans l’insouciance de l’enfance même si parfois la pesanteur de la vie en collectivité se fait ressentir et nécessite à tout un chacun de s’isoler un peu.

Les plus grands encore – les Ados – habituellement prompts à se désintéresser de tout pour se consacrer aux bêtises de leur âge, ont rapidement compris qu’ils n’échapperaient pas aux devoirs envoyés par les professeurs en télétravail mais mobilisés aux côtés de nos éducateurs.

Et au milieu de tout cela, les premières observations des professionnels de terrain qui persistent et signent auprès de ces enfants auxquels ils tentent d’apporter la sécurisation et l’insouciance nécessaires – les ”premiers de tranchées” comme les a si bien décrit un responsable politique national – nous font penser que le confinement serait bénéfique à l’équilibre des enfants.

La remarque générale est que les enfants vont bien ! Leurs agendas ministériels de prises en charges extérieures au titre des consultations spécialisées (psy, orthophonie, psychomotricité, etc.) se sont allégés d’un seul coup laissant la place à une grande liberté d’actions et de paroles. Il sera intéressant d’en faire le bilan quand tout cela sera fini.

L’un de mes collègues chef de service qui avait la bougeotte a fait aujourd’hui la tournée des popotes (selon l’expression militaire consacrée – on est en guerre ou on ne l’est pas ?).

A son retour, il m’écrit ”il y a une atmosphère calme et sereine, jamais les enfants n’étaient aussi détendus, calmes « sans les parents ».” Fermer le ban !

Mince ! Et nous qui faisons des efforts de maitrise de l’outil Skype alors que nous sommes nés, pour beaucoup, à l’ère du vinyle, de la cabine téléphonique, de l’autoradio à cassette et des diapos de vacances…

Nous qui organisons des communications visio pour que tous les parents puissent voir et entendre leurs chers enfants

Nous qui faisons revenir sur site du personnel confiné en télétravail pour garantir absolument cette mission de lien !

Ne serions-nous pas en train de nous fourvoyer ?

La semaine dernière encore – après trois semaines sans contacts achevant même d’énerver ses parents qui nous accusaient d’incompétences et nous menaçaient de venir ”tout cramer” – Melba P. a une nouvelle fois refusé de parler à sa mère. Prétextant préférer retrouver ses copines de jeux, elle s’est échappée du bureau dans lequel se tenaient ses fameuses communications visio.

Nous nous devons de nous requestionner sur le lien ”à maintenir absolument”. Non ?


Lionel Auzet - Strasbourg


Lire aussi sur ce blog au sujet de l'intérêt des visio-visites familiales ou visio-conférences numériques pour le maintien des liens en Protection de l'enfance :

Les enseignements du confinement

https://www.programmepegase.fr/post/j-25-les-enseignements-du-confinement


L'écran, un espace de rencontre

https://www.programmepegase.fr/post/j-47-l-%C3%A9cran-un-espace-de-rencontre


Ma mère va être toute seule

https://www.programmepegase.fr/post/ma-m%C3%A8re-va-%C3%AAtre-toute-seule


Interview de Christine sur le continuité du service public en Protection de l'enfance (dont les visites numériques en visio

https://www.programmepegase.fr/post/interview-de-christine-la-continuit%C3%A9-du-service-public-en-protection-de-l-enfance


Lettre d'un premier de tranchée

https://www.programmepegase.fr/post/lettre-d-un-premier-de-tranch%C3%A9e


Les liens dans le bouleversement numérique

https://www.programmepegase.fr/post/j-23-les-liens-dans-le-bouleversement-num%C3%A9rique


Ce blog me passionne et me met le cerveau en ébullition

https://www.programmepegase.fr/post/j-39-ce-blog-me-passionne-et-me-met-le-cerveau-en-%C3%A9bullition

96 vues