Rechercher

J 47 - L'écran, un espace de rencontre...

Se voir et se parler par écrans interposés, c'est aussi se rencontrer. De nouvelles observations sur l'intérêt des visio-visites familiales pour les jeunes enfants protégés et placés...



Introduction


A la Maison de la Petite Enfance de Dainville, le confinement des enfants a été pensé et organisé pour que celui-ci se déroule au mieux : le suivi médical est renforcé, les observations également notamment chez les bébés séparés de leurs parents dans ce contexte de confinement, la continuité des soins est maintenue, les renforts de type activités ludiques sur les différents groupes mis en place avec repères et planification pour les enfants.

Les professionnels sont accompagnés, soutenus quotidiennement. Ils peuvent également se saisir de la permanence d’écoute par les psychologues.

Suite à différentes absences, les plannings sont réajustés régulièrement tout en gardant à l’esprit la stabilité auprès des enfants.

Concernant le lien parents/enfants, nous avons mené une réflexion avant sa mise en place effective. Une note de cadrage a été réfléchie, élaborée pour assurer la continuité du lien en visio conférence à destination des parents et des profs.

Cette mise en œuvre pour les jeunes enfants a été tout à fait réalisable et pertinente pour beaucoup d’enfants même si cette rencontre ne semble pas avoir les mêmes qualités qu’une rencontre en présentiel.

Nous veillons à l’aspect sanitaire, aux contraintes physiques pour les agents et à la sécurité affective des enfants.

Gestes barrières, perception des émotions, continuons de sourire, de jouer et de maintenir les repères auprès des enfants.

Même si l’enfant possède une grande capacité d’adaptation, maintenir sa sécurité affective est notre priorité. Cohérence de pratiques, inventivité pour rendre l’environnement de l’enfant compréhensible et sécurisant.




Se voir par écran interposé, est-ce se rencontrer pour les enfants placés en maison de la petite enfance ?


Je voudrais raconter une histoire de liens, celle des enfants qui par décision de justice ont été placés, séparés de leurs parents proches.

De quoi nous occupons-nous dans une Maison de la petite enfance ? De la satisfaction des besoins essentiels au développement des plus petits, se traduisant par des soins de puériculture.

Les théories sur l’attachement ont démontré dans le milieu du XXème siècle que l’attachement était aussi nécessaire que l’air, la nourriture à la survie physique et psychique de bébé, du jeune enfant, pour un développement optimal.

Comment en cette période de « grande séparation » pourrait-on organiser, penser les liens des plus jeunes, si vulnérables car en construction psychique.



Papa et Maman sur l'écran de l'ordinateur : les enfants s'adaptent parfaitement à l'outil qu'ils sont capables de se représenter en le dessinant.


Deux psychologues de la maison de la petite enfance, Virginie et Fanny ont participé avec une auxiliaire de puériculture et une puéricultrice à la continuité des liens entre les enfants interdits de contacts avec l’extérieur et notamment avec leurs proches.

Se sont installées comme dans d’autres unités de vie des rencontres en visio-conférences. Oui, ce sont bien des temps pensés comme des rencontres. A chaque fois que l’on se voit, quelque chose de ce que l’on a vécu avant s’invite dans l’échange. Le terme « visites » prend une connotation particulière, le confinement accentue le fait que se voir ne peut assouvir les besoins de relations humaines dans la sensorialité du tout petit.

Aucune rencontre humaine n’est « neutre », au sens de ne pas avoir d’avant, ni d’après.

Alors pour des psychologues s’intéressant à la sécurité psychique interne des enfants, comment la garantir sans contact physique autre que visuel, à travers un écran.

Une expérience nouvelle démarre, avec un outil que l’on a peu utilisé jusqu’à présent, ne pensant le lien que par la mise en présence ou par son contraire l’absence.

Ce vécu est sous le contrôle impératif du sanitaire qui occupe l’espace, le temps de ces rencontres visuelles. Il est omniprésent, tutoré par le port des blouses, des masques, de l’espace aménagé, des gestes mesurés à l’aune du nettoyage viricide.

Comment apporter un peu de souplesse, une humanité suffisante, tenant de la sollicitude de Winnicott ? Et ce pour toutes les parties en présence, être là dans une posture suffisamment bonne, pour permettre la fluidité des échanges, échapper au « il ne se passe rien », aux longs silences, parvenir à être un peu ensemble, de nouveau, des êtres en relation, malgré tout ce qui pré-existe dans le contexte actuel.


Matthéo nous présente le dispositif de la rencontre familiale avec les deux ordinateurs distants. "Ça va ! Ça va !" se disent-ils.


Partageons ensemble des récits de cette aventure que vivent les enfants installés devant ces écrans, dans des espaces aménagés, ayant changé de fonction initiale.

On a bien sûr les enfants qui cherchent leurs parents dans la pièce quand ils entendent leurs voix, ceux qui touchent l’image reflétée sur la toile. Aussi ceux qui avaient des hébergements et qui vérifient que la maison est la même, a un peu changé. Tous ces éléments rassurent les enfants et diminuent les angoisses d’abandon.


Matthéo nous présente sa maman lors de la rencontre à distance


Ce petit de 18 mois qui s’avère réceptif à ce lien visuel et qui entame des échanges avec ses parents sur ses jeux, je regarde ce que tu fais, je vois ce que tu fais et je te le dis, la diminution des stimuli sensoriels facilitant l’attention l’un envers l’autre.

Le dessin que l’enfant fait qui serait passé inaperçu, noyé dans les informations sensitives prend une place centrale par le zoom de la caméra et des regards convergents.

Ce bébé de 4 mois qui sourit à sa sœur de 10 ans, parentifiée comme grande sœur et qui peut trouver une juste place de plus grande dans cet échange étayé par la psychologue et la famille d’accueil, elle peut « se poser », rassurée par ce qu’elle voit. Ses grands frère et sœur face à un plus jeune démuni, le soutiennent par leurs mots et regards, encourageant ses progrès, libérés en quelque sorte des excitations habituelles de l’agir ensemble.

Chacun est dans son rôle, l’éloignement et l’étayage le permettant, la fratrie se trouve renforcée.

Mais bien sûr, il faut gérer la peur de se revoir, ou tout simplement de se voir, déjà présente auparavant et que la distance n’atténue pas, ainsi cette petite fille figée face à l’écran où apparaissent ses parents. L’articulation avec les référents est primordiale afin de trouver la juste mesure pour cet enfant.

Nous dirons aussi les visio avec des parents qui se présentent à la caméra comme avec leurs amis, cigarettes à la main, torse nu, dans le jardin, auxquels il faut demander de s‘ajuster à l’enfant et à l’échange.

Les psychologues ont malgré leurs esprits préoccupés à penser et anticiper les mesures d’hygiène, « ah, l’enfant a touché cela » ont été étonnées des bénéfices retirés de ces séances. Ce protocole crée une alliance différente avec les familles et leur donne un autre rôle, démystifiant en quelque sorte leurs places et leurs missions habituelles. On est de plein pied dans la relation, « sans fioriture ».

La question de la multiplicité des échanges sensoriels dans le déroulé des visites ordinaires est maintenant posée suite à ces éprouvés visuels.

Ces modes de travail auront leur place dans le déconfinement qui va démarrer dans un second temps, car travailler sur l’attachement, c’est autant atténuer la séparation qu’apprendre à se retrouver « dans la vraie vie ».


Avec la participation de Fanny Delobelle et de Virginie Alidor, psychologues cliniciennes/MPE Dainville.

Rédigé par Florence Lacomblez Psychologue/ EPDEF/ Directrice du Pôle de Psychologie clinique.


Lire aussi sur ce blog au sujet de l'intérêt des visio-visites familiales ou visio-conférences numériques pour le maintien des liens en Protection de l'enfance :

Les enseignements du confinement

https://www.programmepegase.fr/post/j-25-les-enseignements-du-confinement

L'écran, un espace de rencontre

https://www.programmepegase.fr/post/j-47-l-%C3%A9cran-un-espace-de-rencontre

Ma mère va être toute seule

https://www.programmepegase.fr/post/ma-m%C3%A8re-va-%C3%AAtre-toute-seule

Interview de Christine sur le continuité du service public en Protection de l'enfance (dont les visites numériques en visio

https://www.programmepegase.fr/post/interview-de-christine-la-continuit%C3%A9-du-service-public-en-protection-de-l-enfance

Lettre d'un premier de tranchée

https://www.programmepegase.fr/post/lettre-d-un-premier-de-tranch%C3%A9e

Les liens dans le bouleversement numérique

https://www.programmepegase.fr/post/j-23-les-liens-dans-le-bouleversement-num%C3%A9rique

Ce blog me passionne et me met le cerveau en ébullition

https://www.programmepegase.fr/post/j-39-ce-blog-me-passionne-et-me-met-le-cerveau-en-%C3%A9bullition

70 vues