Rechercher

J 19 - Famille d'accueil confinée, apprendre à vivre à 9 sous le même toit.

Le confinement, qui pourrait angoisser les jeunes accueillis a en fait un effet extrêmement positif sur leurs comportements en général et la socialisation. Nous accueillons 5 jeunes de 4 à 18 ans, avec nos deux enfants encore à la maison et mon mari, cela fait 9 personnes sous notre toit.

Le confinement, une période si particulière qui pourrait angoisser les jeunes accueillis par cet impression d’enfermement et d’interactions émotionnelles toxiques mais qui, au final, a un effet extrêmement positif sur leurs comportements en général et où l’apprentissage de la socialisation a toute sa place.

Je m’aperçois des bienfaits du confinement depuis le début. Les jeunes semblent rassurés et réussissent à se poser beaucoup plus facilement que d’accoutumée.

Dans cet espace qui se limite à notre maison et à son jardin, les jeunes sont contenus et rien n’est plus sécurisant que cela !

Ils font énormément d’efforts pour éviter les dérapages ou les excès de colère par exemple, quand habituellement ils n’hésitent pas à exploser, désormais ils se contiennent et contiennent beaucoup mieux leurs émotions… comme par obligation d’entretenir une atmosphère sereine afin que cette vie collective rapprochée se passe au mieux… et cela se fait de façon très naturelle…

Ils maintiennent à eux seuls une certaine harmonie au sein de la maison et si, exceptionnellement, l’un d’entre eux venait à déraper dans une crise émotionnelle, les autres sont là pour le stopper de manière immédiate, en lui demandant le calme, dans le respect de tous et pour le bien-être de tous… et il y a comme un effet miroir qui vient apaiser le jeune et face à ses propres troubles il réussit alors à se canaliser et à atténuer ses inquiétudes… Pour les plus angoissés j’interviens en leur signifiant toute l’importance de maintenir la quiétude au sein du groupe…chacun d’entre nous vit dans la même situation de confinement et nous devons tous faire des concessions entre nous pour rendre les journées agréables. Et la pression retombe très rapidement !

Ce confinement voit renaître l’importance des valeurs telles celle du partage, du soutien, de l’écoute, du respect, de la tolérance, de la patience, de la responsabilité, de la politesse…tout est remis comme carte sur la table et tout est ingérer chaque jour, puis digérer par chacun qui progressivement se l’approprie pour en faire quelque chose et se construire avec… c’est incroyable l’apaisement qui en écoule au fur et à mesure…

Je craignais un effet contraire et régressif, une sorte de cocotte-minute prête à laisser échapper sa vapeur à tout instant, à contrario, cela a un effet constructif sur soi et chacun s’individualise avec l’acceptation des erreurs de l’autre et la correction de ses propres erreurs… il y a une véritable auto analyse de ses propres postures et faits et gestes ou encore de ses dire. C’est très riche en termes de construction personnelle et d’intégration sociétale.

La pyramide de Maslow revisitée à grande vitesse… Nous répondons aux besoins physiologiques et vitaux des jeunes qui sont en ce sens rassurés ; nous confirmons les accompagner en toute sécurité et nous leur évitons des angoisses supplémentaires ; nous leur permettons de s’inscrire au sein de notre famille élargie et de leur donner cette satisfaction d’appartenance qui stabilise ; nous les valorisons dans leur cheminement quotidien, autour des apprentissages scolaires et ils reprennent confiance en eux et se forgent leur propre estime ; nous espérons que cette période sera propice à l’accomplissement personnel, à travers toute la bienveillance qu’elle permet !

Les jeunes viennent ainsi vérifier la fiabilité de notre accompagnement pour eux et, dans ce contexte si spécifique, la rupture, même momentanée soit-elle, n’a jamais lieu… l’enfant ne quitte jamais le foyer et ne connait donc pas ce sentiment d’abandon comme lorsqu’il part en visite ou en RDV médical ou encore à l’école… La confiance s’installe alors à très grande vitesse ! Parce que l’enfant est extrêmement fidèle à sa figure d’attachement et aujourd’hui on ne peut pas se permettre de le décevoir, il en va de l’intérêt de tous dans ce quotidien rapproché où l’équité est essentielle et où l’on ne peut pas se permettre de laisser s’exprimer des sentiments néfastes et déstabilisants comme la jalousie ou le rejet ! Nous sommes les garants du bien être de cette vie confinée… notre bienveillance est donc de mise !!! Nous sommes au cœur de l’exercice de notre métier !

Pour les plus angoissés, car il y en a, il faut rester vigilant et réussir à maintenir au mieux la sérénité au sein du groupe… alors on se montre plus attentif, le temps de temporiser quand cela est nécessaire…

Durant ce confinement j’observe aussi les bienfaits de cette empathie mutualisée… il y a un vrai lâcher prise, une spontanéité qui rend vraie et qui défoule… comme le besoin de se détendre, de rire, de prendre les ondes positives et de se les échanger entre nous, alors souvent, en fin d’après-midi on se détend, on danse, on chante, on fait du sport, on fait des blagues et cela est contagieux… si le premier soir, le plus timide est resté à l’écart ou en observateur, le 2ème soir, il participe et petit-à-petit il s’autorise à la dérision ou au jeu… car le jeu est le noyau de nos activités journalières, on attend tous ce moment de partage merveilleux qui rassemble et qui détend… et on n’a jamais autant joué tous ensemble !

Je terminerai par dire que le confinement permet à chacun d’entre nous de dévoiler qui il est vraiment, sans pudeur et en toute transparence, sans artifice et de nous accepter ainsi les uns et les autres mais aussi soi-même, en s’ajustant au besoin, au service de cette vie en collectivité confinée… cela vient humainement tellement nous rapprocher… et, par conséquent, sécuriser les enfants que l’on accueille !

Marie-Laure

Assistante familiale




391 vues