Rechercher

J 15 - Faites dessiner le virus aux enfants : "Je t'aime pas COCOVIRUS..."

Mis à jour : avr. 2

Galerie de dessins au Service Petite Enfance de Strasbourg. Grâce à l'accompagnement de leurs éducateurs, les enfants y dessinent le virus et la vie durant le confinement ...

Si quelques enfants sont parvenus à s'approprier le sens des gestes de protection, d'autres réussissent à se protéger en dessinant le virus à l'extérieur, sanctuarisant l'espace où ils vivent (ils se sentent alors protégés par les enceintes). Mais d'autres ont plus de difficultés à mettre de la distance et sont quand même envahis. D'une certaine manière cela révèle leur niveau de sécurité intérieure qui est certainement liée à leur expérience antérieure d'avoir été protégé ou non. Cette sécurité intérieure dépend de leur capacité à se défendre des dangers d'intrusions angoissantes et à faire confiance aux enveloppes psychiques contenantes qu'ils représentent par un environnement matériel et humain sûr : les murs d'enceinte, les murs du bâtiment. Dans ces circonstances difficiles, la qualité du support affectif dont ils bénéficient s'observe dans leur capacité à exprimer leurs peurs par le dessin et d'avoir conservé la liberté de jouer et de penser. Leurs lieux de vie, les "Pavilllon 21"  et "Pavillon 19" représentent donc de vrais lieux-refuges pour eux.

C'est une version moderne et virale du conte de Perrault "Les trois petit cochons".


Shayna (4 ans et demi) dessine "COCO VIRUS" Il faut toujours se laver les mains et pas toucher les copains"



Parker (6 ans) et Mélinda (5 ans) racontent "Stop COCO", les gestes barrières et la vie dans leur lieu de vie pendant le confinement



Mélinda (5 ans) : "COCO méchant microbe Je veux que tu partes. Je t'aime pas COCO"


Marvin, 6 ans, à l'intérieur du "Pavillon 21", qu'il représente comme lieu de sécurité sanctuarisé, est bien à l'abri du virus, d'un véhicule hors de contrôle, et d'un immense méchant. Les dangers sont derrière les murs et derrière lui.



Dans l'espace restreint du "Pavillon 21", Talia est en sécurité à l'intérieur, pas seule, au chaud, à l'abri de la neige, du froid et du virus !



Là, pour Jazsy, 4 ans, c'est plus compliqué, il n'y a pas de zone de sécurité et les personnages sont envahissants, à la fois zombies et virus. Mais il peut dessiner ses peurs sur le papier et décharger sa rage contre ce qui l'agresse.



Dayana, 6 ans quant à elle, sans doute plus sécure dans son attachement, a construit des limites de sécurité plus larges, au-delà des enceintes du jardin où elle peut jouer tranquille au vélo et dans les structures de motricité sans rester psychiquement cantonnée à l'intérieur du bâtiment qu'elle nomme "Maison pavillon 21". Moins de peurs !




Contact : www.programmepegase@gmail.com

S'inscrire au cercle de lecture du blog (partager - échanger)

https://framalistes.org/sympa/subscribe/inscription-blog-pegase


132 vues